« La crise écologique est un appel à une profonde conversion intérieure […] Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne. » Laudato Si’ §217

Vers une gouvernance écologique communautaire

En 2019, le CCFD-Terre Solidaire a ouvert un partenariat avec l’organisation Earthlore Foundation qui travaille en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Son approche est particulièrement intéressante car elle établit des propositions concrètes de transition vers un modèle de développement plus durable en s’inspirant des connaissances écologiques et sociales issues de systèmes et traditions ancestraux.
Grâce au soutien apporté par le CCFD-Terre Solidaire l’année dernière, l’organisation a pu appuyer 184 familles à Bikita (Zimbabwe) et 38 familles à Elukwatini (Afrique du Sud), composés en moyenne de cinq membres chacun.

Les semences sont au cœur de nos systèmes agricoles et alimentaires. Traditionnellement, sur le continent africain, ce sont principalement les femmes qui ont cultivé la diversité des semences pour nourrir leurs familles et pourvoir aux cérémonies communautaires. Cette diversité a permis de répondre aux changements climatiques et de maintenir la résilience du système alimentaire. Les semences et connaissances qui s’y rapportent ont été transmises de génération en génération. Pourtant, depuis plusieurs décennies, l’agriculture industrielle utilise des semences hybrides, génétiquement modifiées, brevetées et stériles, obligeant les paysans à acheter des graines chaque année. C’est ce mode de culture qui a déjà entrainé la perte des trois quarts de la diversité génétique des cultures agricoles et l’insécurité alimentaire.

La mission d’Earthlore est d’accompagner les communautés afin de faire revivre les pratiques agricoles ancestrales. Il s’agit de rétablir la diversité des semences et des pratiques traditionnelles ainsi que les lois coutumières et le système de gouvernance écologique communautaire. Pour redonner vie à ces pratiques, l’association encourage le dialogue au sein des communautés. Des femmes et des hommes, mémoires de la tradition et de cette culture ancienne sont invités à partager leurs connaissances avec les autres. Le passé de la communauté refait ainsi surface : la diversité des semences cultivées, leur valeur nutritionnelle, le respect des sites sacrés, les cérémonies rituelles pratiquées. Les communautés se réapproprient leur histoire et sont capables de mesurer ce qu’elles ont perdu, ce qu’elles souhaitent récupérer et changer. Tout le monde profite de ces échanges : les anciens comme les jeunes et les femmes retrouvent le rôle essentiel qu’elles ont toujours joué dans l’agriculture. Les échanges se font aussi entre communautés ce qui accroit la solidarité et la confiance entre elles.

Dresser une carte ancestrale de la région

Munies de ces connaissances, les communautés sont alors capables d’établir une carte ancestrale de la région dans laquelle elles vivent : les montagnes, les rivières, les fermes, les zones agricoles, les lieux sauvages, les sites sacrés et un calendrier des cultures et des rites. Elles dressent ensuite une carte du présent et évaluent ainsi l’évolution du paysage et des pratiques. Elles ont alors les outils pour dessiner la carte du futur restaurant leurs terres et leur système agricole propre. Earthlore accompagne les communautés tout au long de ce processus et leur apporte aussi une formation relative aux aspects juridiques. L’association les aide à faire reconnaître leurs lois coutumières, les sites naturels sacrés en tant que zones interdites, la diversité des semences traditionnelles à même d’assurer la sécurité alimentaire.

Elles apprennent aussi à connaître leurs droits constitutionnels et à exercer leurs droits et leurs responsabilités. Les communautés gagnent ainsi en confiance et établissent leurs priorités agricoles, écologiques et culturelles. Elles deviennent alors capables de défendre leurs droits face aux projets de développement des entreprises et du gouvernement qui les affectent directement.