Le 7 octobre prochain, sera la douzième édition de la Journée Mondiale pour un Travail Décent (JMTD) appuyée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) dont on fête cette année le centième anniversaire.
Née en 2008, à l’initiative de la Confédération Syndicale Internationale alors que la crise financière menaçait la subsistance de millions de personnes à travers le monde. Les travailleurs et travailleuses exprimaient qu’elles et ils en avaient assez des politiques offrant une richesse abondante à un petit nombre de personnes qui profitent d’une réglementation laxiste, voire inexistante, des marchés financiers. Depuis cette date, syndicats, associations, mouvements citoyens relaient les revendication d’un salaire juste et expriment l’aspiration universelle à la dignité grâce à un travail décent.

En France, des mouvements d’action catholique (ACO, JOC, Mission de la Mer) et la Mission Ouvrière s’associent une nouvelle fois pour porter ensemble la revendication d’un travail décent pour tous et toutes et accompagne les équipes militantes à travers un kit pour organiser cette journée..

Cette année nous veillons à porter à la connaissance du plus grand nombre l’existence de la loi française votée en réponse au drame du Rana Plaza qui avait conduit à plus de mille morts au Bangladesh en 2013 et révélé les conditions de travail et de salaire indécents des travailleurs et travailleuses. Aucune entreprise textile multinationale n’a été mise en cause par la justice. Les législations existantes ne les rendant pas responsables des agissements de leurs filiales à l’étranger. La loi française « relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre », votée en mars 2017, met fin à ce vide juridique en permettant que des sociétés ayant leur siège social en France puissent être poursuivies pour leurs actions partout dans le monde.
Souhaitons que cette loi, inédite à ce jour, trouve sa traduction dans une directive européenne et soit reprise à l’ONU car elle énonce des principes universels pour un travail décent et le respect des droits humains.

Dans le cadre de cette journée mondiale du travail, l’ACO du diocèse de Nantes proposent deux soirées :